14 novembre 2008

Deadbeat Club


Un jour vous courez , le soleil dans votre dos , les cheveux virevoltants dans la brise de cette
fin d' après-midi automnale , le regard embué de l' émotion qui survient après toute découverte majeure.
essoufflé mais digne vous arrivez vers lui, heureux d' avoir trouvé quelqu'un avec qui partager votre trouble et votre enthousiasme .
vous freinez pile devant lui et droit dans les yeux vous lui dites, le sourire déformant vos petites lèvres charnues : " Markus, j' ai découvert un truc terrible , c' est Deadbeat faut que tu ..."
LUI :"ah tu découvres seulement ... dommage tu viens de finir ton podcast en D, ca aurait bien donné après Thomas Dolby(sic)..."

ça calme ....
ce qui n' enléve rien au plaisir de découvrir Deadbeat via son dernier opus " Roots and wire ";
ou une recette simplissime fait exploser le palais , un coctail détonnant de dub & de techno.
chaque morceau est dosé différemment avec chaque fois la même réussite.
En payant son tribu a Maurizio et Carl Craig (notamment via le toaster Tikiman),
Deadbeat crée un pont vertigineux qu' on ne se lasse pas de traverser.
amateurs de basses rondes quelque soit le nombre de Bpm, jetez vous dessus.

1 commentaire:

Markus a dit…

Fais gaffe, ça commence comme ça et on passe au cake au réveil...
T'as essayé Lena (Floating Roots)?